L´art dans un ton féministe

02/02/2019

Les questions que les mouvements féministes ont mis dernièrement sur la scène, depuis les féminicides, la violence sur les femmes, les questions raciales ou les dynamiques des rapports entre femmes dans les différents groupes sociaux, entrent dans le programme de la BIENALSUR 2019 dans les différentes expositions qui envisagent ces thèmes -là depuis différents points de vue et différentes poétiques.

La photographe nordaméricaine, très renommée, Martha Rosler, dont le travail explore de manière critique la problématique des femmes, va présenter pendant la deuxième édition de BIENALSUR son projet : “Martha Rosler library”, dans le Muntref – Centre d´Art Contemporain – Siège de l´ancien Hôtel des Immigrants. La conservatrice du projet est Lucrecia Palacios. Un problème d´espace de Martha Rosler en a été l´origine : il y avait tout simplement trop de livres chez elle et on lui a demandé si on pouvait emprunter sa bibliothèque, afin de l´ouvrir au public sous la forme d´une salle de lecture.

La collection, qui propose de nombreuses significations et possibilités, sera ouverte au public avec des contenus de théorie politique, d´histoire de l´art, de poésie, de science- fiction, mystère, des livres pour enfants mais aussi des publications quotidiennes, des dictionnaires, des cartes, libres de voyage, albums photo, panneaux, cartes postales et des coupures de journaux.

Artiste, activiste et féministe, Martha Rosler (Brooklyn, 1943) travaille avec des vidéos, des photographies, des textes, des installations et des performances. Son travail est centré sur le domaine public et explore des sujets allant de la vie quotidienne et les médias jusqu´à l´architecture et l´environnement bâti, surtout en ce qui concerne les femmes.

BIENALSUR ouvre un appel au sujet libre et change ainsi le format traditionnel, en invitant les artistes et les conservateurs à concevoir des propositions spécifiques et inédites, suivant leurs propres recherches, sans avoir un sujet contraignant.  Voilà pourquoi, une fois analysées les propositions, l´équipe de conservateurs de la biennale définit les axes principaux de chaque édition. Pour l´édition 2019, les différentes problématiques de genre seront un axe inéluctable. L´univers artistique sera donc l´une des premières caisses de résonance pour les sujets les plus actuels de la société et peut- être aussi pour avérer le slogan populaire nordaméricain qui dit que l´avenir est féminin (the future is female)